Sign in
Download Opera News App

 

 

Aéroport de Paris : des douaniers français réclament l’attiéké à un écrivain ivoirien

L’histoire comique vécue par l’écrivain Peck Peckisblack ne finit pas de surprendre plus d’un Ivoirien sur l’admiration des douaniers français friands de l’attiéké (une denrée alimentaire très prisée en Côte d’Ivoire).  

En provenance d’Abidjan pour Paris, l’écrivain relate qu’après 25 ans de vie en France, il venait de subir son premier strict contrôle des douanes. « Je peux vous dire que la douane ne m'a pas contrôlé plus de 5 fois lors de mes voyages. Quand on arrive, elle nous laisse passer la plupart du temps. Sauf que ce matin en arrivant à 5h30 (Ndlr : le week-end dernier), au moment où je m'avançais pour sortir, un jeune douanier d'environ 22 ans me retient. Il me demande si je n'ai pas cigaretté, beaucoup d’argent, etc. », raconte l’écrivain ivoirien. 

La réponse négative donnée aux employés d’octroi entraine le contrôle des bagages du voyageur qui venait de boucler sa dédicace littéraire à Abidjan. Abasourdis de constater que les valises de l’écrivain ne contenaient que des livres, les douaniers pouffaient de rire. Amusée, une agente fait savoir à l’homme de lettre que ce monde est devenu si triste avec la chute de la lecture classique.

Curieuse de ne pas voir la traditionnelle boule d’attiéké dans la valise du voyageur en provenance de la Côte d’Ivoire, elle le titille amicalement. « Je ne transporte plus l’attiéké quand je rentre de la Côte d’Ivoire », répond-t-il avant d’être chatouillé par la douanière l’invitant à comprendre son étonnement. Hallucinés, les douaniers ont pris congé de leur voyageur dans une ambiance sympathique, sans frustration, ni humiliation, ni zèle.  

Aimé Dinguy’s N.

Content created and supplied by: AiméDinguy's (via Opera News )

paris

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires