Sign in
Download Opera News App

 

 

Côte d'Ivoire: le retour de la nouvelle espérance

Côte d’Ivoire, la nouvelle espérance. Les ivoiriens arrivent et il ne faudrait pas que les guides aient peur. Les ivoiriens viennent voir ce qu’est devenu leur pays, que les leaders ne leur fassent pas d’ombrage. Les ivoiriens veulent réécrire leur propre histoire, que tous les leaders politiques en soient des témoins et non des contre-fauteurs. Une nouvelle espérance est en train de naître, qu’on ouvre les portes des cœurs meurtris et chargés d’histoire, de laisser l’histoire s’écrire.

Qui a perdu, qui a gagné, ce sont des rétroviseurs pour regarder dans la grande glace de l’amour pour conduire la destinée du futur prometteur. Avancez, avancez, le reste doit-être du passé. Avancez !

La nouvelle espérance ivoirienne doit s’ouvrir sur le ciel des soleils. Le président Ouattara doit revoir et voir que l’horizon s’annonce trop mignon et beau. Il ne doit plus craindre et écouter les chants des cigognes et les pleurs des oiseaux de mauvais augures. Il doit comprendre l’essentiel et garder l’important : l’unité de sa nation et de la nation tout entière.

Les ivoiriens s’aiment et ça, il le sait. Pourquoi ne pas y croire ? La nouvelle espérance ne doit pas laisser de place aux hésitants qui doutent pour faire couler encore ce bateau, Excellence Président Ouattara. Toute course a une fin avec à la clé, un entraineur et un public. Oui, la nouvelle espérance ne doit pas non plus exclure certains ivoiriens et intégrer d’autres, un ivoirien est un ivoirien et reste un ivoirien.

On a beau chanter les éloges de la Côte d’Ivoire, mais comment danser ces mélodies si les ivoiriens n’entendent pas leur nom sur les lèvres de ces artistes-là ? Président Ouattara, le vrai bonheur se trouve sur la terre et si vous êtes sur cette terre ivoirienne, faites parler votre cœur à l’unisson et tout le peuple, vous chantera et vous resterez dans leur inspiration, où vous n’y êtes pas pour le moment et pourtant vous devrez y être.

La nouvelle espérance ivoirienne, doit consolider les esprits pour cimenter les cœurs à l’unisson et refermer les plaies. Alors, président Ouattara rassurez vos compagnons que dans cette nouvelle espérance, il y a le pardon, la paix, la réconciliation et enfin, la tolérance.

La nouvelle espérance ivoirienne est un signal fort et le président Ouattara qui a le sifflet, ne doit pas le garder pour l’éternité car tout le monde l’attend pour jubiler.

Président Ouattara, la nouvelle espérance est une affaire qui est déjà dessinée et qui doit s’incruster dans la mémoire de tous et c’est vous le président de la république. Elle est là, cette nouvelle espérance et tous les ivoiriens doivent en être témoins et profiter de ces prémices pour conjuguer la vie, oui leur vie au présent et se regarder pour solliciter les gloires du futur. Rentrez dedans, président Ouattara.

Sous la chaleur de ce soleil tropical et fructueux de tout espoir, donnez à boire à tout le monde et avec la bonté des richesses de la terre, donnez à manger à tout le monde sous le chapiteau de l’espoir, de la nouvelle espérance. En tout cas, j’y vais, moi, mais je voudrais vous y voir pour vous congratuler messieurs les présidents Bédié, Gbagbo, Ouattara, s’entrelacer sous le chapiteau où tous les cœurs, les hauts les cœurs chantent pour aller manger sous les halls de l’unité. Sachez nous dire au revoir et on saura vous accompagner avec les chants de tous les honneurs. J’ai fini.

La nouvelle espérance, c’est cet ivoirien qui a compris, oui, je les côtoie tous les jours qui rêvent de ce retour de la joie dans l’unité et les autres veulent vous pousser à vous éloigner de ce moment fastidieux et spirituel à souhait. Président Ouattara, l’histoire, la vraie, c’est la Côte d’Ivoire et vous en êtes un leader. Le peuple vous regarde, approchez-le et j’en ferai une composition où le refrain ne sera pas difficile à fredonner.

                                                    Joël ETTIEN

Content created and supplied by: BusinessActuality (via Opera News )

côte d'ivoire

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires