Sign in
Download Opera News App

 

 

[Le bon coin] - "O’wano Lagune" : un havre de détente, tout en un, à la conquête des Abidjanais

Entre lagune, restauration, loisirs et bungalows, cet espace détente ouvert fin 2020 à Bingerville, suscite l’engouement des abidjanais désireux de s’amuser le temps d’un week-end.

« C’est l’un des meilleurs espaces que j’ai visité à Abidjan. On s’amuse ici comme des fous, loin des bruits de la ville. » C’est ainsi que Anne, cette parisienne célibataire de 28 ans, de passage à Abidjan décrit l’espace. Elle y avait été invitée à l’occasion de l’anniversaire de sa copine Cynthia. Coïncidence, O’wano célébrait ce jour-là, les personnes mises sur la touche par leur partenaire le 14 février (jour de la fête des amoureux). Un concept dit "les oubliés de la Saint valentin" avec un programme alléchant de shooping, barbecue, danse et surtout de speed dating (rencontre rapide). C’est le cas tous les week-ends et jours fériés.

O’wano Lagune est une idée originale de Raymond Djigla, jeune photographe professionnel à Abidjan. Il est situé à Bingerville dans une cuvette en bordure de lagune, à environ 4 kilomètres du carrefour Bandji ( ou encore carrefour Hôpital Mère Enfant). C’est un espace ouvert. Le décor est chic et sobre.

Ni loin, ni proche. O’wano est un mix de traditionnel et de moderne. Les canapés et les tables à manger sont des palettes de manutention réutilisées. Les hangars sont faits à base de raphia et de beaux voiles colorés servent de l’ombre aux parties non couvertes. "Ici, rien n’est extravagant, mais tout y est féerique, bien pensé. Il y a même des bungalows qui longent la lagune, pour nous reposer. Chic non ! ", renchérit "l’anniversaireuse". A l’entrée, de nombreuses signatures accueillent le visiteur. La façade extérieure de la salle d’eau a été transformée en mur de signatures. Tout au fond de la cour, on joue au baby-foot, homme comme femme.

Au-delà du bling-bling, O’wano retient sa clientèle par la qualité des mets et les prix accessibles à toutes les bourses. Le restaurant propose des plats ivoiriens auxquels s’ajoutent des saveurs occidentales. Il affiche à la carte des plats d’agouti braisé, de varan, du hérisson braisé, de grenouille sauté ou de la soupe de cabri…

Pour les non-initiés à la gastronomie du terroir, il y a aussi des mets occidentaux avec une petite touche de la maison. Le coût des plats oscille entre 3000 et 10.000 FCFA. « Tenez, il y a des racines », lance une serveuse, en nous tendant des bouteilles d’apéritif à l’ivoirienne. « Il y a aussi du bon bandji (vin de palme, Ndlr), du champagne, du vin mousseux et des cocktails… "écartés" ».

O’wano est un havre, tout en un. Un espace chic, une gastronomie africaine revisitée et surtout des concepts festifs décalés qui séduisent. Chaque célébration nationale inspire un concept à l’équipe de gestion. "Les oubliés de la Saint valentin", "le Wano du paquinou" ou encore "le Wano écarté", nom attribué à un cocktail.

« Ils permettent (les concepts, Ndlr) certainement de sortir du lot des espaces de loisirs en bordure de lagune qui poussent comme des champions à Bingerville », commente un visiteur.

Martin K.

Content created and supplied by: Tembo.Opera (via Opera News )

Abidjan

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires